5 astuces pour mieux gérer l’œdème post-opératoire

œdème post-opératoire
3.7/5 - (4 votes)

Les patientes touchées par le lipœdème et opérées par le Docteur Nicolas Zwillinger, présentent l’œdème post-opératoire des membres inférieurs. Ces gonflements peuvent prendre du temps à s’éliminer et sont parfois générateurs de stress sur ces femmes. Dans cet article nous allons faire le point sur cet élément de la convalescence.

Définition de l’œdème post-opératoire : 

L’œdème est une réaction de protection du corps contre une agression extérieure, dans le cas d’une liposuccion WAL, l’agression est due aux mouvements de va et vient réalisés par le chirurgien à l’aide de la canule d’aspiration du Body-jet tout au long de l’intervention.

Ces œdèmes se manifestent par des gonflements aux niveau des tissus interstitiels, dus à une accumulation de liquide (en grande partie de l’eau).

Ces gonflements sont présents sur les zones opérées (membres inférieurs ou supérieurs), on constate généralement des œdèmes plus importants sur les zones “chevilles” et “mollets”.

Le volume de graisse aspiré lors du traitement chirurgical du lipœdème est remplacé momentanément par l’œdème, dans certains cas les zones opérées sont plus volumineuses qu’avant l’intervention, il n’y a pas d’inquiétude à avoir.

Durée de l’œdème post-opératoire :

Le corps présente inévitablement des œdèmes post-opératoires, mais ceux-ci vont diminuer progressivement puis disparaître. Nous estimons le pic des gonflements entre J+3 et J+10 après l’intervention.

La durée de disparition de l’œdème post-opératoire est très variable en fonction des patientes.

Cela peut prendre au minimum 6 semaines, en moyenne 3 à 6 mois et cela peut prendre jusqu’à un an.

Nous notons parfois une répartition asymétrique des gonflements d’un membre par rapport à l’autre, il n’y a aucune inquiétude à avoir, chez certaines patientes nous notons un ralentissement du système lymphatique sur le membre gauche ou droit expliquant cette asymétrie.

C’est notamment pour cela que le Docteur Nicolas Zwillinger préconise la lymphoscintigraphie des membres inférieurs ou supérieurs avant l’intervention chez certaines patientes. Cet examen, réalisé dans les centres de médecine nucléaire, permet de mettre en évidence un système lymphatique normal, un ralentissement lymphatique unilatéral ou bilatéral ou dans certains cas un lymphœdème. Peu importe le résultat de cet examen, cela ne remet pas en cause l’intervention mais cela peut néanmoins nous renseigner sur le post opératoire et cette possibilité de gonflements asymétriques ou plus long à s’éliminer chez certaines patientes.

Comment permettre aux œdèmes de se drainer plus rapidement :

1- La compression post-opératoire :

Elle est mise en place dès la fin de l’intervention, directement au bloc opératoire, elle permet de limiter l’installation des œdèmes. Cette compression est à conserver les premières semaines/ premiers mois après l’intervention, elle sera ensuite diminuée progressivement en fonction de la vitesse de diminution des gonflements.

Voici le protocole de compression post-opératoire préconisé par le Docteur Zwillinger et son équipe :

J0 à J+10 : double compression (bas ou collants classe 3 + bandes de compression BIFLEX ou panty LIPOELASTIC), jour ET nuit

J+10 à J+15 (minimum idéalement J+30) : contention simple classe 3, jour ET nuit

J+15 ou J+30 à J+60 : contention simple classe 3, jour OU nuit

J+60 à J+90 : contention simple classe 2, jour OU nuit

Afin d’avoir une compression adaptée dès le jour de l’intervention, il vous faut prendre les mesures et commander votre contention avant l’opération. Nous conseillons également de commander de nouveaux bas 2 à 3 semaines après l’intervention avec vos nouvelles mesures. Vous devez toujours vous soutenir bien maintenue dans votre compression.

œdème post-opératoire

2- La pratique des drainages lymphatiques manuels :

Les drainages lymphatiques sont également fortement conseillés en post-opératoire ils permettent à partir de 7 à 10 jours après l’opération d’activer l’élimination de l’œdème post-opératoire. Les séances de drainage peuvent être réalisées par des kinésithérapeutes, esthéticiennes…

Il est préconisé de faire pratiquer deux séances de drainage par semaine, pendant une durée minimale de 5 semaines. Chez certaines personnes, ces drainages peuvent être mis en place pendant plusieurs mois. Les techniques de drainage utilisées peuvent être les techniques suivantes :

Il est parfois difficile de trouver un professionnel pratiquant ces techniques, nous conseillons alors de faire réaliser des séances de pressothérapie.

œdème post-opératoire

3- Le froid :

Application de froid sur les zones présentant des gonflements, peut soulager les douleurs et permettre de diminuer l’œdème post-opératoire. Il est possible de renouveler cette application plusieurs fois par jour sur plusieurs semaines.

4- L’activité physique :

Dès le jour de l’opération la marche sera possible et d’ailleurs fortement recommandée pour permettre un bon drainage des œdèmes post-opératoires. Même si les premiers jours le temps de marche est fortement limité, il est conseillé de marcher régulièrement. En avançant dans la convalescence le temps de marche et les distances parcourues seront de plus en plus grandes et les gonflements de moins en moins présents. Néanmoins il ne faut pas forcer les deux premières semaines et toujours être à l’écoute de son corps.

Dans un second temps (3 à 4 semaines après l’opération) la pratique du sport dans l’eau sera possible. Les mouvements dans l’eau permettent un drainage de l’œdème post-opératoire, nous vous conseillons la pratique de la natation, aquabiking, aquajogging ou aquagym en commençant toujours en douceur. 

5- Le temps :

La facteur le plus important dans la disparition de l’œdème post-opératoire est le temps. Vous aurez beau suivre à la lettre l’ensemble de nos conseils, la diminution de l’œdème post-opératoire est très variable d’une patiente à l’autre. Nous vous invitons à faire preuve de patience et de laisser le temps à votre corps de se remettre de cette chirurgie de liposuccion WAL dans le cas du traitement de votre lipœdème.

œdème post-opératoire
Facebook
Twitter
LinkedIn

3 réponses

  1. bonjour je suis kinée sur Paris 12e , et je me permets de vous contacter car je réalise des drainages lymphatiques manuels .je me sens concerner par la maladie du lipoedeme pour avoir accompagner des femmes dans le parcours de soin de la chirurgie. je propose mes services car je vois une demande grandissante pour trouver un kiné qui draine . je suis disponible si vous souhaitez me rediriger des patientes en leur précisant bien que la sécurité sociale ne rembourse pas cet acte mais elles nécessitent quand même une ordonnance.
    en vous remerciant par avance .
    Emmanuelle carrere
    3 rue beccaria
    75012 paris
    0661840243.

    1. Bonjour Madame,

      Je me permets de revenir vers nous suite à votre commentaire sur le site lipoedème-france et votre questionnement sur votre âge et la possibilité d’intervention.

      En théorie, il est tout à fait possible d’être opéré à votre âge, mais seul l’anesthésiste en fonction de résultats d’examens pré- opératoires pourra valider ou non l’intervention.
      Cela dépend donc de votre état de santé et vos traitements médicamenteux.

      Nous vous invitons à prendre rendez-vous avec le Docteur Zwillinger afin d’en apprendre plus sur l’intervention notamment (par téléphone ou sur Doctolib).

      Très belle journée à vous

      Charlotte,
      Assistante du Dr Zwillinger

  2. Je souhaite simplement intervenir our témoigner de la dévastation que cette maladie provoque . J’ai vu un grand nombre de médecins ignorants même le nom , alors de là à vous conseiller!!! Tous ont le même discours: il faut perdre du poids, faire du sport: inscrivez vous dans une salle! Tout cela j’ai fait , pendant de nombreuses années , pour rien bien sûr . Quand j’ai voulu subir une intervention les conseils étaient décourageants: c’est invasif, le résultat n’est jamais à la hauteur des espérances, ça reviendra toujours! ..Alors je suis restée avec ma dysmorphie à souffrir, à pleurer, à déprimer sans espoir puis à me cacher! J’ai scruté dans la rue des jeunes femmes que je soupçonnais d’avoir cette maladie et souvent j’ai constaté la dureté de leur visage! Maintenant, j’ai 73 ans, est ce trop tard pour me faire soigner?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *