Entretien avec une diététicienne, elle-même touchée par le lipœdème

Interview with a dietician
5/5 - (2 votes)

A travers cet entretien avec une diététicienne, celle-ci fait part de son expérience personnelle et de ses conseils professionnels pour mieux vivre avec son lipœdème.

Je suis Aurélie LE GROSSEC, diététicienne nutritionniste depuis 2008. Je travaille auprès de personnes en souffrance en lien avec leur image corporelle et leur poids. Je les accompagne vers une vie plus sereine par l’intermédiaire d’une alimentation flexible en cohérence avec leurs objectifs de vie, notamment à travers mon site internet.

Depuis quelques années, j’accompagne des femmes atteintes de lipœdème dans la gestion de leur alimentation et de leur hygiène de vie. 

Je suis moi-même atteinte de lipœdème. J’ai connu cette longue période d’errance médicale pendant laquelle mon corps était mon ennemi. J’ai acquis de solides compétences en diététique et en naturopathie (science de l’hygiène de vie) que j’applique au quotidien depuis de nombreuses années. Je transmets désormais mon expertise dans ce domaine à toutes les personnes qui souhaitent apprendre à cohabiter avec leur lipœdème.

Le métier de diététicienne :

Mon objectif professionnel face aux femmes atteintes de lipœdème (99 % des personnes atteintes étant des femmes, je parlerai de femmes dans cet article) se décompose en plusieurs catégories : 

  • Mettre en place une alimentation adaptée pour maîtriser l’inflammation et l’évolution de la maladie
  • Apprendre aux femmes à gérer leurs poids au quotidien
  • Traiter les troubles du comportement alimentaire (TCA)
  • Apporter de la sérénité dans les choix alimentaires quotidiens.

Au-delà de l’alimentation, ma formation en naturopathie me permet d’inclure les changements alimentaires dans une amélioration globale de l’hygiène de vie. L’inflammation peut être régulée par une alimentation adéquate, mais si l’hygiène de vie (sommeil, activité physique, stress, état de santé digestif…) n’est pas optimale, les résultats ne seront pas au rendez-vous.

La gestion du poids est primordiale. Il faut comprendre qu’à chaque variation pondérale, le lipœdème est susceptible de s’aggraver. Lorsque j’accompagne une femme atteinte de lipœdème dans la gestion de son poids, un des objectifs principal est d’éviter l’effet-yo-yo pour  ainsi maintenir une stabilité pondérale continue et durable.

Enfin, une grande proportion de femmes atteintes de lipœdème sont atteintes de TCA plus ou moins sévères. Des années de régimes drastiques derrière elles, de la restriction plus ou moins intense, et jamais de résultats satisfaisants sur la silhouette. La relation avec la nourriture est bien souvent dégradée (Binge Eating Desorder, boulimie, orthorexie, grignotage, compulsions alimentaires, pensées obsessionnelles, stress alimentaire…). J’accompagne ces femmes sur la voie de la sérénité alimentaire.

Afin d’accompagner au mieux les personnes atteintes de lipœdème j’ai créer un site

Conseils alimentaires :

A privilégier :

Mes conseils sont calqués sur le modèle méditerranéen. Beaucoup de fruits et de légumes frais, des oméga 3 d’origine animale essentiellement, des céréales complètes et une attention particulière à la quantité et à la qualité des sucres ingérés.

Finalement, ce qui importe c’est d’avoir une alimentation variée, synonyme de plaisir et de respect de soi. Notre corps n’est pas une poubelle, il est important de lui donner des sources d’aliments de qualité.

Je conseille également de cuisiner au maximum des produits bruts (non ou peu transformés) et de qualité biologique. Cuisiner n’est pas synonyme de perte de temps, de talent de grand chef et de courses hors de prix. On peut faire simple, peu cher et bon.

  • Un bon filet de poisson avec des légumes tout justes poêlés et une bonne tranche de pain au levain
  • Pas le temps ? Il existe d’excellentes conserves de qualité de poissons gras très pratiques et accessibles
  • Des surgelés de légumes bruts à intégrer dans une soupe, un gratin, une quiche, une poêlée
  • Les fruits frais de saison sont les meilleurs desserts à manger : rapides, sains et bons
  • Le batch cooking pour celles qui souhaitent optimiser leur temps
  • Acheter ses légumes frais et les congeler pour les jours de fatigue…

On retrouve le goût et le plaisir des choses simples.

A déconseiller :

Il n’y a rien d’interdit avec le lipœdème, tout est une question de quantité. Le sucre blanc en est un parfait exemple.

Le sucre en grande quantité joue un rôle dans l’aggravation de cette pathologie (par acidification de l’organisme et élévation de l’insuline dans l’organisme qui crée de l’inflammation). L’objectif est d’éviter d’en consommer en grande quantité et tous les jours. 

Néanmoins, l’éviction totale du sucre n’est pas forcément une bonne idée.

  • ne pas en manger peut être générateur de frustration et d’anxiété ce qui va créer de l’inflammation,
  • l’hyper contrôle induit fréquemment une perte de contrôle avec envie d’aliments sucrés, une surconsommation, une perte de contrôle de la consommation, ou une sensation d’addiction au produits sucrés
  • La frustration amène des résultats peu concluants sur le long terme.

Tout est une question de mesure !

Voici néanmoins les conduites à éviter

  • La consommation d’aliments ultra transformés (AUT) : produits par l’industrie agro-alimentaire, ces produits s’apparentent davantage à de la chimie qu’à de la cuisine. Issus d’ingrédients de mauvaise qualité, ayant subi de nombreux traitements thermiques et de transformation, on y retrouve de nombreux additifs (conservateurs, exhausteurs de goût, agents de texture, épaississants…) et des indices de transformation. Pour les reconnaître, on regarde la liste des ingrédients. Soit vous trouverez des ingrédients inconnus dans une cuisine (lécithine, sirop de glucose, dextrose, lactose…) et ceux qui ont des dénominations type E401 (la lettre E suivi de 3 chiffres).
  • Les régimes hypocalorique, Dukan, Cétogène, Weight Watchers… et j’en passe. Au delà de possibles carences nutritionnelles et énergétiques, de la frustration, du stress induit, dans plus de 95 % des cas, ce régime n’est pas tenu sur le long terme. Résultat, poids en plus, aggravation du lipoedème, perturbation psychologique et émotionnelle (Étude ANSES de 2010 : régime amaigrissants, des pratiques à risque). Faire le choix d’un régime, c’est augmenter considérablement le risque de reprendre du poids de façon irrévocable, et ainsi d’aggraver son lipœdème sur le long terme.

Pour conclure cet entretien avec une diététicienne : 

Le lipœdème est une source de souffrance physique et émotionnelle. Il m’a semblé essentiel que les personnes atteintes s’orientent vers des professionnels de santé qui connaissent la maladie. C’est la seule solution pour une prise en charge de qualité. Mes patientes me disent qu’il est agréable de se sentir comprise et non jugée dans leurs prises en charge. Je suis fière d’être une des seules diététiciennes de France experte dans ce domaine aujourd’hui. 

J’espère pouvoir développer à mon échelle le travail d’information qui reste à venir.

En attendant, je travaille sur un projet professionnel qui vient de voir le jour et qui permettra, je l’espère, d’améliorer les conditions de vie des personnes atteintes de lipœdème de façon durable.

Pour visiter son site officiel, veuillez cliquer sur www.unedietnature.fr

Facebook
Twitter
LinkedIn

2 réponses

  1. Bonjour, il est rare voir impossible de trouver un médecin qui connaît cette maladie, ils en déduisent un lymphodeme , alors que c est différent. Merci. Votre investissement donne du baume au cœur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *